Eric REGENT - Peintures spontanées

18 décembre 2010

Peintures spontanées - Une pratique inspirée d'Alice Miller

J'ai pratiqué la peinture spontanée après avoir lu qu'Alice Miller avait rejoint les souffrances de son enfance non pendant ses 10 années de psychanalyse personnelle ou didactique, mais grâce à la peinture spontanée et à un thérapeute. J'aime qu'elle parle de "témoins éclairés" au sujet des personnes qui, ayant elles-mêmes fait du chemin vers les blessures de leur enfance, peuvent guider d'autres vers les leurs.

La peinture spontanée consiste à produire une oeuvre sans avoir aucune intention de résultat ou de représentation. Il s'agit de peindre en suivant uniquement son instinct, ses émotions. Les gestes que je fais : Disposer les tubes de peinture, en choisir un ou plusieurs, la quantité de peinture que je sors, les gestes d'étalement (aux doigts), tous ces gestes sont uniquement commandés par mon état intérieur qui juge si "c'est juste", "c'est bien ainsi" et finalement "c'est fini". J'accueille tous mes gestes, je ne qualifie aucun d'erreur à corriger. Parfois je me concentre pour savoir comment continuer, parfois j'ai des gestes impulsifs. Je ne "sais" pas ce que je peins. Oeuvre d'inconnaissance.

Pratiquement, je travaille avec de la peinture à l'huile. J'aime sa plasticité au doigt. L'inconvénient c'est son temps de séchage, plusieurs jours ou semaines. Je peins sur des feuilles à dessin "multi-techniques".

Au début, j'avais l'impression de faire "n'importe quoi". Je ne pouvais pas croire que je peignais des oeuvres pleines de sens. J'avais honte de certaines. Et puis j'ai eu la surprise, alors que je ne savais pas ce que je peignais, de découvrir un visage dont l'expression était infiniment plus poignante que si j'avais voulu le réaliser en conscience.

Alors j'ai établi le contact avec mes peintures, elles ont commencé à me parler, parfois plusieurs mois après leur réalisation. J'ai donné des titres à certaines oeuvres, mais ils sont venus bien après leur création. Ils risquent d'être réducteurs, de conduire à tort le spectateur à "trouver ce qu'il faudrait voir". N'allez donc pas trop vite voir le nom du fichier de chaque peinture (qui sont mises en ordre alphabétique de titre).

Au bout de plusieurs mois, j'ai pris confiance pour les montrer à des proches. L'un d'eux a été profondément ému par une de mes oeuvres et m'en a donné une clé qui reste pour moi 'la' clé. Je savais que je l'avais peinte dans un intense état émotionnel, mais je ne trouvais pas sa signification. Et lui il a vu tout de suite : Un personnage humilié sous un soleil écrasant. Moi, j'ai mis encore du temps avant de voir ce qu'il a vu. Maintenant, je ne vois plus que ça.

C'est cette expérience de partage qui me fait créer ce blog. Je souhaite aussi encourager ceux qui ont choisi d'aller vers eux-mêmes, vers leurs profondeurs, à se lancer dans cette pratique.

Ami, amie, belle visite.

Autoportrait_2_ans

Desintegration

double_face

Eaux_du_dessous

Expulsion

Honte

Humiliation

Imbroglio

Lapin

Lave

Masque

Menace

Oeil_serpent

Ours

Premiere

Resurrection

Seconde

Sommeil

Suppliant

Unification

Violence

Posté par ericregent à 22:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]